Histoire des cigares en tubes

Histoire des cigares en tubes

Les tubes de cigares en aluminium font autant partie de la scène des cigares cubains que ne le sont les boîtes étiquetées, les armoires en cèdre et les cave à cigares ou humidor. Si les boîtes artisanales traditionnelles ont existé depuis des siècles, qu’en est-il des tubes pour cigares ? À quel moment sont-ils apparus et qui en a eu la première fois l’idée ?

cigares tubes

L’année dernière, j’ai fait des recherches sur l’histoire du distributeur britannique de cigares cubains Hunters & Frankau qui existe depuis 225 ans. Grâce à elles, je suis aujourd’hui capable de vous apporter des réponses à ces deux questions.

Une grande partie de l’histoire de Hunters & Frankau se déroule en Angleterre. La société a été fondée à Londres en 1839 par Joseph Frankau, un émigré allemand originaire de la ville Francfort-sur-le-Main, en Allemagne. Elle était alors appelée J. Frankau & Co. Ltd et l’on peut considérer cette société comme l’un des principaux ancêtres de Hunters & Frankau.

À la mort de Joseph, la compagnie est reprise par son fils Arthur. À la fin des années 1850, ce dernier a pu établir des liens commerciaux forts avec une autre famille d’émigrés allemands, les Upmann, venus de La Havane. Grâce à cette alliance, et J. Frankau & Co. Ltd est devenu le distributeur exclusif des cigares H. Upmann au Royaume-Uni.

L’entreprise J. Frankau a prospéré jusqu’à la mort prématurée d’Arthur en 1904 et le jeune fils de ce dernier, Gilbert, qui n’était âgé que de 21 ans, a dû en reprendre les rennes. Gilbert Frankau était un jeune homme à la tête brûlée qui ne s’intéressait pas du tout au commerce des cigares. Il s’est surtout fait un nom en tant qu’auteur de romans populaires. À cause de sa mauvaise gestion, la compagnie fut presque ruinée. Sa famille décide alors de la revendre. C’est ainsi que J. Frankau est passée en 1916 entre les mains d’un importateur rival de cigares cubains, Braden & Stark.

Otto Braden et James Stark étaient associés dans l’entreprise Braden & Stark. Allemand de naissance également, Otto Braden tenait particulièrement en haute estime la marque H. Upmann pour lequel il prévoyait un avenir prometteur. Cependant, il n’avait pas prévu que la banque avec laquelle la famille Upmann avait toujours fait affaire ferait faillite en 1922 et menacer par la même occasion d’emporter l’entreprise dans sa chute.

Selon le procès-verbal du conseil d’administration de J. Frankau du 4 septembre 1922: « M. O. Braden devrait se rendre à La Havane pour y assister au règlement des affaires de l’usine de H. Upmann laquelle a été impliquée dans l’échec de la Banking House de H. Upmann & Co, afin de s’assurer de l’approvisionnement continu de la marque et de la conservation de l’agence ». Otto a été autorisé à dépenser la somme de £ 10,000 pour racheter l’usine afin de « garantir la continuation de la seule agence de la marque à cette société ».

Ce n’est qu’après deux autres visites à La Havane qu’Otto a finalement pu racheter la marque et l’usine en mai 1925. Il a mis en place une société cubaine de gestion appelée Compañia Frankau de Tabacos S.A. Avec Otto à la tête de la Compañia Frankau de Tabacos, la famille H. Upmann a vu sa fortune restaurée. Après la mort d’Otto, son fils Waldo, âgé de 47 ans, prend sa succession.

En 1932, Waldo a décidé que le commerce des cigares cubains devait se doter d’un nouveau mode de distribution. Celui-ci devrait non seulement permettre d’élargir le marché de ses cigares mais également de garantir leur état de conservation et leur protection contre les aléas du transport.

Il a découvert que le processus appelé extrusion d’impact pouvait être utilisé pour créer un contenant à base d’aluminium qui serait adapté aux cigares. Le prix en serait aussi abordable. Malheureusement, ses collègues ne croyaient pas à son idée et pensaient que les fumeurs traditionnels de Havane ne toléreraient pas l’achat d’un cigare isolé dans un tube.

En dépit de ces objections, Waldo s’est mis à concevoir un sceau pour son tube en aluminium, l’a fait breveter sous le nom de Solo-Seel et a personnellement pris en charge tous les coûts de son développement. En septembre 1933, il soumet à nouveau son idée au conseil d’administration de l’entreprise. Il obtient, à contrecœur, l’autorisation de faire un test avec les cigares H. Upmann. Leur lancement a été fait en décembre de la même année.

Contre toute attente, les résultats ont été étonnants ! En mai 1934, le conseil d’administration a accepté l’offre de Waldo quant au droit d’utiliser ses tubes pendant cinq ans pour H. Upmann exclusivement. En échange, ils lui ont versé un acompte de £ 200 et des royalties d’un demi-penny par tube.

Un an plus tard, J. Frankau a publié une publicité dans Tobacco Magazine montrant un graphique des ventes mensuelles des cigares avec le dispositif Solo-Seel. Le graphique montrait clairement que la société a connu une croissance considérable au fil des années. On ne peut alors qu’imaginer que Waldo Braden était prêt à mener une glorieuse carrière dans le commerce des cigares. Mais cela ne fut pas le cas.

publicité cigare en tube

En effet, le président de J. Frankau, James Stark, était en mauvaise santé. Une fois de plus, il a été décidé que la société devait être de nouveau cédée. Cette fois-ci, l’acquéreur était un homme d’affaires très expérimenté sur le commerce des cigares, en la personne de Freeman, Directeur Général de l’entreprise J. R Freeman & Fils.

En juillet 1935, la motion de vente de l’entreprise J. Frankau ainsi que celle de la Compañia Frankau de Tabacos a été déposée au conseil d’administration. La motion a été adoptée quasiment à l’unanimité, le seul vote contre étant celui de Waldo.

Au cours d’une série rapide de réunions du conseil d’administration, Waldo a utilisé tous les moyens possibles pour faire échouer le processus, allant jusqu’à voler les clés de sécurité de l’entreprise. Enfin, après avoir admis avoir touché des marges supplémentaires et non autorisés sur ses Solo-Seels, Freeman licencia Waldo.

Malgré la disparition de Waldo au sein de l’entreprise, son invention s’est progressivement imposée sur la scène internationale des cigares cubains. L’année dernière au Royaume-Uni, ce n’est pas moins de 40% des cigares cubains qui étaient vendus en tubes.

Aussi, la prochaine fois que vous sortirez un cigare cubain de son tube en aluminium, n’oubliez pas d’avoir une petite pensée pour Waldo Braden. C’est grâce à son talent incontestable et révolutionnaire que vous pouvez aujourd’hui profiter de vos cigares préférés en toutes circonstances.

Quelques exemples de cigares commercialisés en tubes

Romeo n°3 de Romeo y Julieta
Romeo n°2 de Romeo y Julieta
Montecristo Open Eagle
Partagas de Luxe

et beaucoup d'autres...

Partagez cet article, ça nous encouragera à en écrire d'autres !

Vous aimez le cigare ? Oui ? Alors parlons-en ici, laissez un commentaire !

Tous les champs sont obligatoires

Nom :
E-mail : (ne sera pas publié)
Commentaire :